19.3.06

participation

Le problème le plus difficile à traiter quand il s'agit de mettre en place un espace collaboratif est celui de la participation. Autant en ce qui concerne le mode, la fréquence et le pourcentage des personnes qui se bougent le cul.

Les gens préfèrent contribuer financièrement à une cause, plutôt que d'offrir du temps de travail (bénévolat). Il est difficile de recruter pour un type d'action particulier.

Dans les associations le nombre des actifs est faible, malgré le fait qu'il s'agit souvent d'une population sélectionnée de facto pour l'intérêt qu'elle porte aux objectifs fixés. Il y a même des cas où avec le temps les objectifs s'estompent et l'asso tourne en club où l'on passe du bon temps ou on a des opportunités de drague. Il faut un grand nombre de participants pour s'assurer une masse critique d'actifs.

Autour du Web on observe le même phénomène.

Depuis quelque temps je me trouve face à des collectifs de divers types : Sur la Toile, Nuouz sont les deux exemples que j'expérimente. Je ne suis pas le genre qui convenait à Coïtus Impromptus [nouvelle version] qui est un modèle de réussite autour de l'écriture.

"Sur la Toile" me permet de publier un certain nombre de billets qui n'ont rien à faire dans mon blog personnel. Le mode de publication est de la vieille école, tous les articles sont approuvés (ou non) par une seule personne. Ce mode présente deux inconvénients majeurs : le flux de publication dépend de la disponibilité du modérateur et le contenu de ses choix. Ce modèle ne peut fonctionner qu'entre copains ou en proposant une rémunération. D'autant plus qu'il n'y a pas de lien vers les sites/blogs des auteurs. C'est un modèle qui a fait ses preuves mais qui n'est plus à la mode.

"Nuouz" est un agrégateur basé sur les clicks des participants. Il est trop jeune pour savoir s'il va marcher, mais d'autres initiatives de ce type fonctionnent très bien et il n'y a pas de raison apparente pour que Stéphane n'arrive pas à le développer. Tiens, tant qu'on y est je vous invite à aller le voir et éventuellement vous inscrire, me coller plein d'étoiles et voter pour le contenu que je propose.

L'idée qui a flotté au-dessus de la table au F&R lors du dernier MtB est un agrégateur des blogs bordelais/aquitains. Franchement je ne vois pas pourquoi régionaliser une telle initiative (sauf si on s'attends que la Ville ou la Région crachent dans le bassinet. Si c'est le cas ça sera sans moi, j'en ai ras le cul des administrations et de leurs tendances de récupérer tout pour leur promotion et des mouvements politiciens à la con. Si c'est le cas j'invite Aecom à s'intéresser à la question et à y participer. Bertrand, François et Nicolas seront ceux (au mini) avec qui il faudra discuter.

Comment convaincre les gens de participer ? En leur demandant peu ou rien !

"Rien" marche déjà, j'ai lancé un blog-agrégateur qui fonctionne en sémi-automatique pour l'instant et que je pourrais automatiser entièrement avec quelques heures de boulot. Un vieux Mac connecté est tout ce qu'il faut pour. La principe est simple : on lit les fils de syndication et on poste sur le blog-agrégateur soit le titre et un lien vers le blog, soit la totalité du post et un lien vers le blog. En passant on prends soin d'une part d'ajouter des tags et d'autre part de faire les pings nécessaires pour que les gens puissent trouver leur chemin, d'abord vers l'agrégateur, puis vers les blogs individuels. Jusqu'ici les participants n'ont rien à faire et on ne leur demande rien. On pourrait presque se passer de leur avis sur la question si on limite la publication des posts à ceux des blogs dont les licences CC le permettent et que pour les autres on ne donne que les titres et les liens. Mais on n'est pas des mufles n'est-ce pas ? Mieux vaut en parler avec les bloggers.

Et on pourrait presque leur demander de faire un petit geste collaboratif, ajouter en bas de leurs posts un lien, en faisant un copier/coller. D'une part pour signifier que ce post est disponible pour le collectif et d'autre part pour signaler le collectif à leurs lecteurs. Si en plus ce macaron est disponible dans le fil de syndication, ça faciliterait la vie de robot qui scannerait les fils. Pas compliqué un copier/coller non ?

Pour généraliser la chose, le concept est simple :

  • on choisit une thématique
  • on la dote d'une identité visuelle
  • on cherche les blogs contenant des articles "relatifs à"
  • on associe les bloggers à un blog collectif, portant l'identité visuelle, et on en fait une communauté
  • on identifie les "clients" potentiels en termes d'annonceurs et on leur propose de la pub

C'est une approche qui n'est pas éloignée des blogs verticaux disons de Weblogs Inc. Mais ici, au lieu de créer de novo le contenu en payant des bloggers on se base sur l'existant et on leur propose, quand l'affaire devient rentable, une rémunération pour leur participation. Même si elle est faible, il y aura toujours la gratification de la participation à la communauté, sans que ceci demande un travail particulier. Et ça rapportera du trafic aux membres.

Nous sommes pas loin des Webrings d'antan ou actuels. La différénece ici est que la page de liens qui était une simple "bullet list" (avec parfois une brève description), se transforme à son descendant naturel, un blog, qui propose plus que des simples liens.

C'est mieux que les pages bloglines de Machin, ou le Del.icio.us de Untel. Les prescripteurs sont les bloggers eux mêmes ! Ils deviennent les experts. Si ce n'est pas du social networking poussé à l'extrême c'est que je ne m'y connais pas, ce qui est fort probable. Mais au moins ça vaut la peine d'être tenté pour quelques sujets qui ne sont pas marginaux et qui ne disposent pas encore d'agrégateur. Par exemple, ça serait stérile pour les blogs québécois qui ont déjà leur site. Mais ça pourrait marcher pour les régions française.

Ou pour les blogs littéraires, ou pour les sexblogs, ou pour les lesblogs etc.

5 commentaires:

TiBlond a dit…

pourquoi "en-pile" et pas autre chose ?

OldCola a dit…

parce que c'est une "pile" et que ça me plaisait et que ce n'est pas l'autre chose" qui devrait être choisi de façon collective :-)

Papilles et Pupilles a dit…

Ca marche assze bien pour nos blogs de cuisine et pas seulement francophone

LOmiG a dit…

salut,
bravo pour ton article bien écrit et lucide...j'ai une remarque et une question, si tu le permet :
1) les gens s'impliquent moins en prenant du temps, qu'en faisant un don, c'est un fait. Mais donner de l'argent qu'on a mis du temps à gagner, c'est donner du temps indirectement, non ?
2) sais tu si on peux mettre un lien (sous blogger) en bas des billets pour que les gens puissent recommander nos articles dans Scoopeo ou Nuouz...?

merci d'avance,
cordialement,

Oldcola a dit…

Salut lomig,
1) Oui, indirctement et c'est là où se fait la différence, mais aussi de façon asynchrone ! La disponibilité personnelle n'est pas toujours en phase avec les besoins de la communauté. C'est agaçant de devoir s'activer pour telle ou telle cause au même moment où on aurait envie de musarder sur les cuisses de sa douce ;-)
L'argent permet de resoudre ce problème.

2) Oui, je suis en train de chercher les meilleures solutions pour, si l'anglais ne te pose pas de problèmes je te propose de commencer ici , la place est pleine de belle choses pour Blogger 2