30.11.05

Est-ce que le ministère de l'intérieur est in ?

Pour répondre à cette question, il pourrait être utile de surveiller les commandes pour le Mosquito. Vous ne voyez pas de quoi il s'agit ? D'un appareil qui couine à une fréquence inaudible pour les vieux cons [lire au dessus de 20 ans] mais qui est insupportable pour les djeuns.

The device, called the Mosquito ("It's small and annoying," Stapleton said), emits a high-frequency pulsing sound that, he said, can be heard by most people younger than 20 and almost no one older than 30. The sound is designed to so irritate young people that after several minutes, they cannot stand it and go away.

Si vous voyez les CRS équipés de cette arme de pointe lors des échauffourées dans les banlieues, c'est que le ministère est in, donc. Je me demande même s'ils n'iraient pas jusqu'à les installer à l'entrée des ANPE pour diminuer le chômage des dits djeuns...

prout-prout

Qui a dit que les USA étaient pour la mondialisation ?

A en croire les compte-rendus de ce qui se passe à Montréal, c'est Greenpeace qui est pour la mondialisation, avec ses velléités d'une réponse globale au problème du réchauffement du globe et les USA veulent des accords au cas par cas.

Ce qui est fabuleux est en filigrane :

Les Etats-Unis ont refusé de ratifier le protocole de Kyoto, invoquant notamment que cet accord prévoyant la réduction de 6 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à leur niveau en 1990, comprenait des mesures restrictives pour les pays industrialisés, sans contrepartie de la part des pays en développement.
Ils veulent des contreparties de la part des pays en développement pour qu'ils arrêtent de leur péter au nez ! Fabuleux !

Et s'ils ne sont pas contents ils envoient des troupes pour chercher des armes de destruction massive, na !

Robin Lovitt, un meurtrier condamné à mort, aurait dû être la millième personne exécutée aux Etats-Unis depuis le rétablissement de la peine capitale par la Cour suprême en 1976. Mais le gouverneur de Virginie, Mark Warner, a décidé de l'épargner, mardi 29 novembre.

Bon, qui va être le 1000ème alors ? Parce qu'il y a un cadeau-surprise paraît-il. A titre posthume bien entendu.

Et quel rapport avec MICHAEL ?

Je déteste les verdicts à l'emporte pièce, émis par des influenceurs comme celui-ci :

Le stress augmente les risques de cancer

D'après le NY Times, le lien entre un stress intense lié au travail ou à un divorce augmente sérieusement les risques de cancer.

Rédigé par Loïc Le Meur

Le titre m'a d'autant plus fait sursauter que je venais de lire l'article, en suivant le lien proposé par Heather Craven

Si Loïc avait lu l'article, il aurait su qu'il n'y a pas de lien évident entre stress et cancer et il aurait évité de raconter le contraire; et si la discussion devrait rentrer dans le creneau stress - immunodépression - risque de cancer, ou des questions restent en suspens, il faudrait marcher sur des oeufs aucune étude n'ayant été concluante à ce jour. A suivre...

En attendant, choisir des sources plus fiables.

non-emeutes

A croire Villepin, il n'y a pas eu d'émeutes en France dernièrement. A se demander pourquoi diable l"état d'urgence" !
Certes, il faudrait offrir un dictionnaire à chaque membre des gouvernements qui se succèdent, et il faudrait faire appel au bon coeur des maisons d'édition vu l'état des finances françaises, mais en plus il ne serait pas de trop d'instaurer des séances de lecture des mots de la semaine en conseil des ministres.

En dehors de ça, tout baigne citoyens, dormez tranquilles [en cas de besoin 1 à 2 de ces petites pilules que l'on vous a prescrit, devrait vous aider à mieux comprendre l'action du gouvernement, et facilitera ainsi votre entrée dans le monde parfait de Morphée]

De Villepin: I am not sure you can call them riots. It's very different from the situation you have known in 1992 in L.A. for example. You had at that time 54 people that died, and you had 2,000 people wounded. In France during the 2 weeks period of unrest, nobody died in France. So, I think you can't compare this social unrest with any kind of riots. (lire l'interview ici)

World's First iPod Compatible Bed: "

This bed from New Zealand has a built-in iPod dock. It's billed as 'the world's first iPod compatible bed.'
(Via MacFeber)"

29.11.05

Le Vatican claque la porte aux prêtres gays: "Le pape Benoît XVI a fermement demandé mardi aux évêques de ne plus ordonner de prêtres homosexuels • L'Eglise catholique en a profité pour se lancer dans une diatribe homophobe •"

Qu'est-ce que ça peut lui faire puisqu'ils font voeux de chasteté ?

(Via Libé.)

Annonces

Je viens de recevoir le thème de discussion des Rencontres philosophiques qui se tiennent à la Taverne du septième art, à Talence, place de l'église, à 18h, tous les mercredis. Demain donc : débat sur l'Intelligent Design
L'occasion de trinquer avec Fulcanelli.

Et ce la veille de la deuxième soirée de Meet the Bloggers bordelais, deuxième édition, où je ne serais probablement pas, sauf si je me pousse pour faire la connaissance de Gino que Joachim m'annonce, ptêt. Puis, il y a des la Guinness au Café Brun - 45 Rue Saint Rémi; Inscriptions O_O

coccyx'n'elle

La bagnole CULte Et comme Joachim me le faisait remarquer, et la plaque : presque 5AL0p3 ;-).

Comment lever des fonds auprès des VC ?

Xavier Quilliet m'a fait marré avec son post qui commence ainsi :

Le titre est super accrocheur, et je ne donnerais pas la réponse, d’autant plus que je n’ai jamais levé de fonds.

Pour avoir "tenté de", j'ai un conseil amical; en cherchant ailleurs qu'en France. Et ça, ça ne me fait pas marrer ;-)

Ce qui est aussi intéressant est que Xavier s'adresse aux entrepreneurs qui envisagent une levée de fonds, tandis que Jacques Froissant lui pense qu'il s'agit là de lectures qui seraient bien pour certains VSs

Do You Copy?

Do You Copy? On a l'impression qu'il est tombé dans un champs de champignons, hallucinant !

nouveau CSS

Chez Joachim, tout beau, tout mignon.

Google your genes, should be Google the genes (human and more).

Now, two of my favorites, Google and Grec Venter getting together. Do you have a small place for me there ?

28.11.05

pour ne pas gaver mes lecteurs habituels, si peu nombreux que je m'en voudrais de les perdre, j'ai mis en place un blog pour discuter du Intelligent Design ou comme je l'appelle quasi-affectueusement, Silly Design : Silly or Intelligent Design.

commentaires sur commentaires

commentaires sur commentaires

2005-11-25 21:08:31 de Fulcanelli

"L'ID remonte bien avant le texte de Behe que tu mentionnes, daté de 2003"
Je n'ai pas dit que l'ID datait de 2003; mais que Behe lui-même l'inscrit dans une perspective liée à la religion.

"Pour ce qui est des Universités, non, les enseignements de systémiques sont absents, les livres n'abordent pas ces questions et en plus les étudiants ne lisent plus."
Si la majorité des étudiants ne lit pas beaucoup, il est faux de mettre tout le monde dans le même sac. Et si tu penses vraiment que les livres n'abordent pas ces questions c'est que tu connais mal la bibliographie; il faudrait peut-être faire un tour du côté de la littérature scientifique (il n'y a pas que les ouvrages à coloratura philosophique dans la vie).
J'ose espérer que c'était là une formulation rhétorique et que tu reviendra dessus, avant de continuer la discussion, sinon elle perdrait beaucoup de son intérêt.

2005-11-25 22:33:47 de sylvie

là où le darwinisme dit : les poissons ont des nageoires parce que la Vie a dû s'adapter aux conditions acquatiques
Il y a dans ta schématisation de la théorie de l'évolution darwinienne une erreur Sylvie, a un niveau fondamental. Que malheureusement Fulcanelli n'a pas relevé. Les êtres vivants ne doivent rien du tout à personne ! Les mutants qui présentaient des caractéristiques leur conférant des avantages [dans un milieux particulier, y compris l'aquatique] ont pu avoir une descendance plus nombreuse; sans que ceux moins mieux adaptés disparaissent obligatoirement. Et bien entendu il n'y a pas une seule solution pour le milieux aquatique, parce que si on regarde mieux il n'y a pas là un seul milieu, mais un continuum de milieux différant pour des nombreux paramètres, offrant une multitude d'écotopes convenant à une multitude de combinaisons géniques; ce qui expliquerait la multitude d'espèces de poissons, avec des nageoires variant d'une espèce à l'autre.

2005-11-25 22:43:51 de Fulcanelli

l'autre système dit que la Vie a désiré se déplacer en milieu aquatique et s'est dotée de nageoires performantes
Cette notion de désir d'adaptation correspond à la théorie de Lamark. Sommes nous en train de discuter de l'opposition Darwin - Lamark ?

2005-11-26 10:13:55 de Fulcanelli

suivre Roger Penrose et son concept de physique non calculable, appliquée aux réseaux neuronaux mais transposable aussi aux réseaux moléculaires et cellulaires
Penrose ! Une vieille connaissance, depuis qu'il m'avait fasciné avec la conjecture de la mémoire holographique; je traduisais ses articles en 1979, déjà. Mais rien de concret depuis, malheureusement. Certainement rien de probant dans le domaine de la biologie dont je suis au courant; ai-je raté quelque chose ?

2005-11-27 12:20:22 de Fulcanelli

Ghislaine, ce texte n'est qu'un début et je vais me faire un plaisir d'exposer les tenants et abouissants de l'ID.
Il faudrait qu'en prélude soient présentés les problèmes auxquels la théorie de l'évolution darwinienne (pas telle que proposée par Darwin lui-même, mais telle qu'elle est aujourd'hui, après un long processus de maturation) ne peut répondre; donner en fait le moteur de la recherche d'un nouveau modèle et les sujets qu'il doit traiter en particulier.

27.11.05

educatif !

Comment faire une page illisible; un pas vers la cryptographie.

A la recherche de la recherche perdue

Dans Le Monde daté 25•11•2005, Philippe Kurlisky, professeur au Collège de France, chaire d'immunologie moléculaire, directeur général honoraire de l'institut Pasteur, fout la trouille !

Ou amuse la galérie, je ne sais pas sur quel pied danser après avoir lu son analyse de la situation actuelle de la recherche française. Si vous voulez être optimiste vous devez vous dire que le mec se trompe sur toute la ligne. Le problème est qu'il semble avoir parfaitement saisi la situation; ça fait froid au dos, il a une façon souriante de sonner le glas.

Avant de rentrer dans le vif du sujet il est intéressant de discuter du ton :

  • "le gouvernement a décidé de ne pas attaquer de front des problèmes majeurs",
  • "L'espoir est que s'installe une spirale d'évolution vertueuse",
  • "le projet de loi est à haut risque",
  • "on rêve d'un consensus, autant que faire se peut dépolitisé",
  • "rien ne garantit, au-delà de 2007, la poursuite de l'effort",
  • "la recherche française est au pied du mur",
  • "alors, chers collègues, au charbon !"
.

Mais on peut aussi regarder le côté ludique que la prose propose :

  • "Le pari est risqué, mais peut être gagné !"
  • "à condition que les administrations concernées jouent le jeu"
  • "La donne n'est pas celle que les uns et les autres attendaient, mais les cartes sont sur la table et la donne est intéressante."
  • "Le pari doit être gagné."

On hésite entre bridge et poker; pire, Loto, si ce n'est les références aux cartes. Aller "au charbon" pour trimer dur en pensant que l'on est en train de jouer une espèce de jeu dont les règles sont mal définies et par conséquence sans savoir quelles sont les obligations des joueurs ou quel est le but n'est pas très enthousiasmant. D'ailleurs le moral des troupes ne semble pas vraiment au "beau fixe".

Est-ce de la naïveté de sa part ? Ou une attitude d'autruche calculée pour ne pas décourager les "acteurs" de cette tragédie ?

Plutôt la deuxième. En fait si on lit attentivement sa lettre on se rend compte que l'analyse est bien faite : les acteurs (enseignants, politiques et administratifs) sont bien identifiés en tant qu'autant d'obstacles potentiels pour sa mignonette spirale d'évolution vertueuse [quel terme !], d'ailleurs il en parle des uns et des autres en mettant dans la même catégorie "chercheurs et enseignants" et en évitant soigneusement de discuter des administratifs; il dit juste qu'il faudrait que les administrations concernées jouent le jeu.

Y-a-t-il quelqu'un dans l'audience qui puisse prendre ce "pacte pour la recherche" au sérieux ? SVP ! Dites oui !

Point de vue - Recherche : le temps du réalisme, par Philippe Kourilsky -LE MONDE | 24.11.05 | 14h00
Au terme d'un parcours compliqué, le projet de loi sur la recherche a pris corps. Mais, sitôt connu, ce "pacte pour la recherche" proposé par le gouvernement a suscité de nombreuses réactions, dont plusieurs sont hostiles.
Pourtant, il faut être honnête. Le projet de loi contient de nombreuses dispositions nouvelles, voire innovantes. Des moyens financiers significatifs ont été débloqués. Si le projet de loi n'emporte pas pour autant une large adhésion, c'est qu'il s'agit d'un compromis qui ne peut satisfaire tout le monde.
Pour ma part, je souhaitais que l'on aille plus profond dans la décentralisation ; que l'on interroge sur le statut de fonctionnaire attribué précocement aux chercheurs ; que l'on précise les questions de gouvernance et le rôle d'agence de moyens que les grands organismes de recherche peuvent et doivent jouer vis-à-vis des universités. Je m'étonne que l'on crée plusieurs structures administratives nouvelles sans qu'aucune des anciennes ne soit supprimée. Je doute de l'efficacité de certaines d'entre elles, particulièrement de l'Agence nationale de l'évaluation. Malgré tout, les aspects positifs l'emportent largement. De plus, il faut bien saisir la nature du compromis promu par le gouvernement et les enjeux qui en découlent.
Le gouvernement a choisi de ne pas attaquer de front des problèmes majeurs tels que les statuts des organismes de recherche, des universités et ceux des personnels chercheurs et enseignants. Il a préféré ménager des possibilités d'évolution dans un cadre ouvert à de véritables "expérimentations", puisque, par exemple, la structure des futurs "campus" et des pôles de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) n'est pas figée à l'avance. L'espoir est que s'installe une spirale d'évolution vertueuse. Dans une large mesure, l'avenir est ce que les acteurs de la recherche en feront. Le projet de loi les met face à leurs responsabilités. Le pari est risqué, mais peut être gagné !
Qui sont ces acteurs ? Principalement les chercheurs et les enseignants, les politiques et les administratifs. Si le projet de loi est à haut risque, c'est que chacun peut entraver le mouvement de réforme. Ainsi, la loi contient d'importantes dispositions sur le contrôle a posteriori (plutôt qu'a priori) des dépenses, d'où résultera un gain majeur de souplesse, à condition que les administrations concernées jouent le jeu.
Quid des politiques ? Les questions de recherche et d'éducation pourront-elles dépasser les clivages droite-gauche et la stérilité que ceux-ci induisent ? L'importance de ces secteurs est capitale dans un pays en situation financière difficile, dont la croissance est trop faible pour garantir le remboursement de l'énorme dette publique et le financement à venir des retraites. On rêve d'un consensus, autant que faire se peut, dépolitisé. Ce n'est pas le cas aujourd'hui, et rien ne garantit, au-delà de 2007, la poursuite de l'effort budgétaire ou la non-reprise d'une politique en dents de scie dont les effets dévastateurs ont été maintes fois éprouvés.
Quant aux chercheurs et aux enseignants, ils vont devoir relever le défi d'être les promoteurs constructifs de leur propre évolution ? ce qu'ils n'ont pas pu, pas su ou pas voulu faire pendant des décennies. Et ils devront le faire dans un cadre qui s'écarte sensiblement de celui qu'avaient dessiné les assises nationales de la recherche.
Retour au réalisme : quand beaucoup - comme moi-même - appelaient de leurs voeux une réforme plus claire, plus profonde, plus vigoureuse, d'autres souhaitaient un dispositif conforté par plus de postes, plus de moyens financiers garantis pour le long terme. La donne n'est pas celle que les uns et les autres attendaient, mais les cartes sont sur la table et la donne est intéressante. Des moyens financiers substantiels ont été débloqués dans un contexte national contraint et voué à l'être plus encore. Des possibilités d'évolution très significatives sont ouvertes. Il faut saisir la chance. C'est à la fois une opportunité et une nécessité. Les citoyens et l'opinion ne comprendraient pas qu'il en aille autrement, et la recherche perdrait le bénéfice public et politique que les mouvements de contestation des dernières années lui ont légitimement redonné. La démarche du gouvernement inverse, en quelque sorte, la charge de la preuve. On peut ne pas apprécier, mais la réalité est que, à fronts renversés, la recherche française est au pied du mur.
Le pari doit être gagné. S'il ne l'est pas, si les conservatismes l'emportent, la recherche française sera décrédibilisée et condamnée à nouveau, et pour longtemps, à l'immobilité. Alors, chers collègues, au charbon !
- Philippe Kourilsky est professeur au Collège de France, chaire d'immunologie moléculaire, directeur général honoraire de l'Institut Pasteur.

Is Windows worth two Dashboard Widgets for Mac OS X?

Oh, wait, I can get both of those as Dashboard Widgets for Mac OS X, so who needs Windows? :^) via

Anti-cancer Compound In Beer Gaining Interest; temps d'aller en boire une ou deux pintes

Are nipple rings threatening security?

More or less then nipple piercing?

25.11.05

SD : Silly|stupid design

Commentaires sur : DIALOGUE SUR DEUX GRANDS SYSTEMES DE L'EVOLUTION par Fulcanelli

  • La controverse sur la théorie de l'Evolution est intense aux Etats-Unis mais très limitée en France. [...] Le système de défense des darwiniens n'est pas crédible.
    En France ou en général ? Pour les français je dirais que tu as presque raison, en général on va en discuter, mais ça serait mieux if you could/would do it in english! Puisque la discussion sur la bologie se fait essentiellement en anglais...
  • Faire passer les tenants de l'Intelligent design pour des créationnistes n'est pas admissible. Amalgamer les mêmes avec les intégristes religieux, c'est nier la science dans ce qu'elle offre comme champ de possibilités théoriques.
    Je ne pense pas qu'il soit question d'intégristes réligieux, mais de religieux tout court. Si on cherche la première mention de l'Intelligent Design on la trouve bien sous cette référence : Behe, M.J. 2003. The Modern Intelligent Design Hypothesis: Breaking Rules. In God and Design: The Teleological Argument and Modern Science, Neil Manson, ed., Routledge, pp. 277-291.; c'est bien Behe lui même qui la mentionne, ici
  • A travers la question de l'Evolution seront conjecturées les interrogations sur ce qu'est réellement le Vivant, comment il fonctionne et surtout quelles sont les instances sous-jacentes permettant cette coordination si précise des mécanismes moléculaires et cellulaires.
    Avant de t'enfoncer dans les mécanismes merveilleux qui permettent cette coordination si précise, j'espère que les défauts ordinaires des dits mécanismes seront passés en revue également; il ne faudrait pas oublier !
  • La théorie de l'évolution reconnue par la majorité de la communauté scientifique est désignée comme néo-darwinienne ou synthétique ; elle a pour ressort la sélection naturelle.
    Ah non ! La sélection naturelle n'est pas le ressort de l'évolution; c'est le trio mutation/recombinaison/sélection; faut pas oublier les moteurs et se focaliser aux roues quand on parle d'une bagnole.
  • L'intitulé : Bataille Dialogue sur deux grands systèmes de l'Evolution. L'un de ces deux systèmes est clairement identifiable, c'est la théorie darwinienne, autrement dit, la doctrine de la sélection naturelle résultant de 140 années de labeur scientifique, le livre de Darwin datant de 1859.
    J'ai aimé le titre du post introduisant la notion de dialogue, je ne vois pas pourquoi on en arriverait à une bataille, mais s'il faut passer par là j'irais chercher mon sabre pour en vérifier le fil.
  • Se fermer aux controverses n'a jamais fait progresser la science, bien au contraire.
    Entierement d'accord; que ce soit des contreverses scientifiques quand même.
  • Cette affaire s'avère passionnante d'autant plus qu'on peut tracer plusieurs conjonctures et conjectures. Je pense notamment à l'examen des arguments avancés par Michael Behe pour forger sa thèse. On s'apercevra aisément que non seulement la présentation de l'ID par ses détracteurs est fausse pour ne pas dire malhonnête, confondue avec le créationnisme, mais aussi que les idées ne sont jamais exposées clairement.
    Bis repetita : c'est Mehe lui même qi a étét publier sa thèse dans un bouquin intitulé In God and Design...
  • On se demandera alors pourquoi et l'on comprendra que l'argument majeur, celui de la complexité irréductible, ne peut être discuté voire critiqué que si l'on connaît la science des système, or, ici en France, l'enseignement des sciences manque cruellement d'un apprentissage de la systémique, l'épistémologie, la biologie théorique ainsi que d'un peu de philosophie.
    Allons, les universités françaises sont loin d'être nulles et les bouquins ne sont pas faits pour les chiens, même les français arrivent à les lire ! Même les bouquins en anglais parfois.
  • Si les biologistes étaient un peu moins ignorants, ils constateraient rapidement que l'ID n'a pas besoin d'un postulat théologique ou religieux, et donc s'inscrit parfaitement dans le champ des hypothèses scientifiques.
    Nous avons peutêtre ici un problème de vocabulaire. Mettons nous d'accord sur le fait que l'intelligence a besoin d'une entité support...
  • Parler d'une intelligence dans la Nature n'impose pas la présence d'un Dieu transcendant et en tous cas, certainement pas le Dieu personnel des trois monothéismes.
    ... et que la Nature n'est pas une entité. Mais peut-être tu souhaites proposer un nouveau mono- (théisme).
What the cat is trying to tell you.

Il m'a fait penser à Kevin et son fetishisme...
les fautes en moins :-P

le livre abandonné: "tout a l'heure j'ai trouvé un livre abandonné. Je me suis approché, doucement d'abord, j'avais peur qu'il s'envole. il a fini par avoir confiance en moi j' ai pu le prendre dans mes mains, et là j'ai remarqué qu'il etait blessé. Quelqu'un lui avait arraché une partie de la couverture, et il commencé a etre rongé par les champignons, des taches noir macule les premieres pages. je l'ouvre et a ma grande surprise il ne manque aucune page, je descide de l'emené chez moi pour le réparer."

(Via le bistrot des lettres.)

23.11.05

Blogging & Netcf2: Blogging: generate categories for your blog

Blogging & Netcf2: Blogging: generate categories for your blog

There are comments coming from a previous era of this blog. The one still haunting the Net; generally I have e-mail messages about Blogger Categories; the hack I described haven't be used as widely as I expected, people just don't know what the want ;-)

Last via Haloscan, from Daniel:

I have a simple way of having categories in Blogger. Please visit http://netcf2.blogspot.com/2005/11/blogging- generate-categories-for-your.html for more info. There's even a JavaScript code generator to generate code to be included in your sidebar template.

Quite nice, but still I don't see any improvement when I compare with tags.
Maybe (even probably) microformats will survive, despite their primitiveness, I may even say, because of they primitive simplicity and great efficiency.

Technorati tags: , , , .

22.11.05

Library of Congress Launches Effort to Create World Digital Library
Google Is First Private-Sector Partner with Funding of $3 Million

Quelque chose me dit que Quaero est mort-né... Et que Jean-Noël Jeanneney ne doit pas être content !

Mon nom accentué !: "Parce que, moi aussi, je suis exaspéré de voir mon nom de famille amputé de son accent aigu. Et parce que, même sur un système tournant sous cette immonde merde de windows, il est possible d'entrer les majuscules accentuées, comme il se doit, même si c'est (de façon inadmissible) plus complexe que sur Mac OS. Il n'y aucune raison justifiant de cette simplification abusive et erronée. "

Eh oui ! même de Mac à Mac via iBlog et NetNewsWire il est possible d'être illisible (ou presque).

(Via NouS … notjustanotherweblog ….)

Microsoft Disavows Internet Explorer: "Internet Explorer for Mac"

(Via Cult of Mac.)

20.11.05

Tiens, tiens, tiens... Le PS aurait-il trouvé une approche intéressante pour les présidentielles 2007 ? Non pas que je pense qu'un électorat qui a boudé la première mouture soit réellement intéressé, mais quand même, c'est autrement plus intéressant que les travaux domestiques [lire nettoyage]. Mais déjà Hollande commence à foutre le bordel : ...ne peut être que le processus final d'une relance, qui doit commencer d'abord par la croissance et par l'emploi :-D

Parmi les messages qui ont afflué de ma boîte aux lettres électroniques hier, après une bonne semaine d'absence du Net, celui d'Alice qui commence ainsi :

Je vous invite tous à penser spécialement le 30 novembre, à MICHAEL, qui attend son execution au pénitencier de San Quentin (Ca), et avec qui je correspond depuis 6 mois
Merci pour lui !
Alice

Chose étonnante, il n'a pas fini dans la pré-poubelle que constitue le dossier des messages indésirables, malgré le fait qu'il a toutes les caractéristiques du spam : adresse e-mail inconnue, adressé à plein de personnes de façon apparente [pensez au CCC/BCC], renvoi de message etc.

En le lisant en diagonale, je suis arrivé au fichier joint qu'est une lettre à envoyer à l'ambassadeur américain à Paris et qui commence ainsi :

Excellence,
Alors que votre pays va procéder à la 1000è exécution en 28 ans, nous ne pouvons que joindre nos voix à celle de la Conférence épiscopale des évêques catholiques américains qui demande la fin du recours à la peine de mort.

Primo, je ne veux rien avoir à faire avec la Conférence épiscopale des évêques catholiques, mais secundo je suis contre le recours à la peine de mort. Rien qu'à cause des êveques, le message à frôlé la poubelle. Si je me suis retenu c'est parce que je me demandais qui est cette Alice. Puis, le sujet m'a saisi.

La peine de mort est le constat de l'impuissance de nos sociétés; plutôt que corriger une situation on en élimine la cause et nous avons le sentiment d'avoir éliminé le problème avec. C'est une approche primitive et pas franchement satisfaisante. Même approche que l'utilisation du Kärcher pour nettoyer, les murs.
Je vais me fendre d'une lettre à l'ambassadeur, mais plutôt la suivante :

Monsieur,
j'adresse ce message à vos compatriotes et le gouvernement qui vous a nommé en tant que son représentant en mon lieu de résidence; j'ose à peine espérer que vous ou plus probablement un de vos employés le transmette et je comprends votre attitude; on n'aime pas être importuné dans nos croyances quand on a pris l'habitude d'être appelé Excellence. Ainsi j'ai pris soin de placer une copie sur le Net.

Plaider pour la survie d'une personne que je ne connais pas, celle qu'il est prévu d'exécuter à la fin de ce mois, dont je viens d'apprendre l'existence il y a peu, et qui se prénomme Michael, serait stupide. Et ce n'est pas par un acte stupide que je commencerais pour faire appel à votre intelligence.

Que le dit Michael vive ou meure m'importe peu, comme c'est le cas pour l'écrasante majorité des Michaels. La mort des inconnus ne m'affecte pas beaucoup, sauf s'il s'agit de gamins qui meurent de faim, de dommages directs ou collatéraux de guerre stupides basées sur des fantômes d'armes de destruction massive, ou de victimes de négligences sociales que je pense être criminelles.
C'est le principe de tuer quelqu'un de façon légale qui me pose problème, venant d'un système social qui par ailleurs nous casse les pieds avec la valeur de la vie humaine, je parle des USA. Vous nagez dans une incohérence fabuleuse.
La peine de mort, venant d'un pays où une majorité se dit créationniste et une encore plus large fraction croyante au Dieu du Décalogue, le non respect du tu ne tueras point, est pour le moins absurde; absurdité fort dangereuse pour le salut de vos âmes qui doivent partager collectivement la décision de s'asseoir sur ce commandement. Et ce n'est pas le seul cas où vos compatriotes chevauchent l'absurde dans ce même domaine, donnant l'image d'un état schizophrène. Vous utilisez la valeur de la vie humaine en tant que rempart pour être contre les avortements, le clonage humain, le droit à l'euthanasie; vous intervenez pour préserver la vie même contre l'avis des principaux intéressés, en considérant que les tentatives de suicides sont le résultat d'esprits malades; dont vous prenez soin. Mais quand il s'agit de tuer en tant qu'état ça ne vous pose pas problème.
C'en est ridicule et vous en êtes le représentant !

Vous légitimez le meurtre comme outil de gestion des tensions sociales; quand l'assemblée a statué, le meurtre vous semble justifié et vous le proclamez légal. Soit. Ne soyez pas étonnés par la suite, si vous devenez la cible de l'usage de ce même outil contre vous, par exemple à coup d'avions sur vos immeubles, lorsqu'une autre assemblée a décidé que c'était bien.
Si vous pensez que j'exagère en comparant peine de mort et terrorisme c'est que vous ne vous rappelez pas que la principale fonction de la peine de mort est de terroriser les futurs criminels pour les détourner de leur forfait. Et le raisonnement est aussi idiot dans les deux cas.

Faites un effort pour monter que vous avez l'usage de vos néocortex et qu'ils savent s'imposer à vos instincts animaux : abolissez la peine de mort.

signature etc.

18.11.05

(r)évolutions

Entendre un président de la république française dire que la violence n'a jamais résolu des problèmes est pour le moins cocasse. On hésite entre une espèce de sénilité qui l'aurait privé de la mémoire de la nation, ou de la rhétorique à deux sous, mais on est certain qu'il bafoue ouvertement la révolution française, ou plus proche, mai 68. Vous rappelez-vous ? Impossible de qualifier ça de non violent, n'est-ce pas ? Ces jours-ci, il y a des mémoires qui resurgissent chez les grecs de ma génération. Violentes. Des mémoires de manifestations dans les rues, de voitures et vitrines cassées, de flics qui frappent dur, d'armée envoyée contre les gens, du blindé qui défonce le portail de l'école Polytechnique, de blessés et morts par balle. De radios pirates qui relaient les messages anti-junte, qui proposent des lieux de rendez-vous pour le démarrage des manifs, qui invectivent le régime des militaire et qui appellent à la révolte, à la révolution. C'était en 1973 et à l'époque je faisais partie de la racaille qui voulait un autre modèle social pour la Grèce et qui était descendue dans la rue pour le faire savoir, quitte à saccager pour que le bruit réveille ceux qui se laissaient aller dans la torpeur du fameux 'que puis-je faire tout seul" que les masses ont l'habitude d'utiliser pour justifier la procrastination sociale. Dans la démocratie grecque actuelle il n'est plus question de qualifier de racaille les patriotes, démocrates qui ont participé de près ou de loin à ce qui fut le début de la fin du régime des colonels. Il y a eu état d'urgence, couvre feu et bavures policières, avec application de la loi et de la justice, et la révolte estudiantine fut jugulée. Mais la junte avait moins d'un an à vivre. Le 17 novembre est fête nationale, pour célébrer la racaille de jadis et lui rappeler de pleurer ses morts en f^étant la démocratie. Depuis ces jours, je suis toujours dérangé quand la racaille "casse tout", "brûle ses quartier", "s'oppose aux forces de l'ordre". Une partie de moi s'interroge quant aux raisons qui conduisent à des telles manifestations, pendant qu'une autre tente de me raisonner et me faire dire qu'il doit y avoir d'autres moyens d'action, surtout dans un pays démocratique. Seulement j'ai du mal à les trouver ces putains de moyens d'action alternatifs ! Ca sera intéressant de voir comment ces jeunes qui cassent, brûlent et tapent sur les flics, et qui en 2007 auront le droit de vote en poche vont se comporter. Quel accueil ils réserveront au candidat Sarkozy dont ils demandent aujourd'hui la démission.
Au ministère de l'Intérieur, les opérateurs du standard ont été utilisés pour la promotion personnelle de Nicolas Sarkozy • Le syndicat Sud-Intérieur crie au «détournement de fonction» #

On ne pourra pas lui reprocher de ne pas être cohérent (ou presque) puisque le même est pour le cumul de fonctions :

Estimant qu'il fallait "bouleverser les méthodes, décloisonner les statuts", "faire preuve d'imagination et changer nos habitudes" dans l'organisation des services publics, Nicolas Sarkozy exprime son souhait "que les fonctionnaires de l'Etat ou de la territoriale puissent avoir la possibilité de travailler sous l'autorité d'un autre employeur si la situation l'exige". #
geek-y

17.11.05

Homosexual

homosexuality: "

Homosexual is a term originating from the greek words Homos, meaning 'same', and sexual, meaning 'sexual.' It is used to describe couples who have sex in the same manner each night. This is different from heterosexuals who have sex in varying positions.

Homosexuality is especially popular in most Christian religions where anything aside from missionary style sex is considered sodomy. Most christians are outright homosexuals and believe heterosexuality to be a sin. -- Uncylclopedia

(Via apophenia.)

8.11.05

interlude

Absence durée indéterminée : pas de réponses aux commentaires ou aux e-mails.

Utopiales, Nantes

A plus tard

7.11.05

Google bomb - better then that, AdSebse ;-)

Celle-là est mieux que toutes les Google bombs qu'on aurait pu imaginer. Faut laisser Google faire sans s'énerver

AdSense + Sarkozy == combo: "

google emeutes

Looking for the French ‘riots’ on google brings an advertisement for our Home Secretary party.

The text says:

Riots in subburbs, support Nicolas Sarkozy policy to bring order back.

Tags: , , , , ,
"

(Via Kiss in the dark.)

bioconductor

fatal beauty : H5N1

Vue ici, via

le dopage génétique

le dopage génétique

Yeah !

6.11.05

"Écoute d'autrui défaillante"

Je pique les mots du commentaire de YR pour titrer cet extrait de mon Moleskine®.

Je tentais de rester concentré pour que mon imagination s'accorde à celle du verbicruciste qui avait composé la grille. Eclairé par la vitrine de la pâtisserie, apprêtée pour me tenter vers les enfers des l'hyperglycémie; je lui tournais le dos pour profiter de ses lumières.

Des relents de Diogène remontèrent du plus profond de ma grécité quand l'ombre tombât sur le journal; cheveux longs. J'imaginais la gourmande en train de convoiter les mendiants, insensible et indifférente à mes efforts et j'étais sur le point d'opter pour l'éclairage plus chiche du marchand d'articles de marins d'eau douce qui se trouve à côté, quand la lumière revint. Et en même temps, une main se posât sur mon épaule gauche.

Je me retournais légèrement pour faire face à la vision d'hypoglycémique célibataire qui avait réussi le transfert parfait : une de ces playmates qui ont échappé à Hoeffner; sourire éclatant, encadré de rose vaginal 'effet-mouillé', yeux vert-gris aussi souriants que les lèvres, sur fond de cacao 80 %, entouré de longs cheveux frisés. La main gauche tendue vers le journal, l'index de la droite pointant vers mon crayon.

Je me retournais complètement, lui abandonnant grille et crayon, maudissant l'éclairage qui la découpait en ombre chinoise, plongeant les yeux vers son décolleté, puis abandonnant pour apprécier la silhouette; "Bonbon Miel", le surnom fusa dans mon esprit pendant qu'elle griffonnait sur le journal, qu'elle me rendit en faisant revenir le sourire qui avait momentanément fuit son visage. Je la quittais des yeux pour constater que 8.1h et 6.2v étaient remplis.
Cette satanée vision avait entamé ma grille ! Pour éviter le "quelle conne" qui tendait de franchir la barrière de ma barbe, je lâchais un "merci" qui claquât comme un reproche et qui balaya son sourire. Je regrettais instantanément ma maladresse : "bon, puisqu'elle est entamée, autant la finir à deux; si on s'installait à la terrasse d'un café ?" L'effet voulu fut obtenu, le sourire reprit sa place et elle fit "oui" de la tête faisant danser sa chevelure blonde. C'était ça qui m'avait fait penser a miel, cette blondeur incongrue et son parfum; 'elle sent le miel; Manara n'est pas loin; putain, elle est jeune'

En nous dirigeant vers le Globe, de l'autre côté de la place, j'ai profité pour la mater de partout : profil droit et décolleté en direct, profil gauche et allure générale sur les reflets que les vitrines m'envoyaient. En arrivant au niveau de Virgin et de son éclairage généreux, devant la console de Harry Potter, je l'ai arrêtée en la prenant par le bras droit, je me suis posé face à elle, les yeux dans les yeux et plaçant les mains sur ses épaules je poussais légèrement de la gauche, l'attirant de la droite, puis j'ai fait un pas en arrière. Elle tournoya sur elle-même; 'vieux cochon lubrique, rince toi l'oeil', le message passait en langage corporel, puis elle s'arrêta brusquement, m'arracha le journal et repartit vers le Globe. Je la suivis à pas lents, concentré sur ses fesses d'abord, puis, quand elle s'installât sur la terrasse penchée sur le journal, en me plongeant dans son décolleté à nouveau, dérivant un peu pour apprécier les pointes qui semblaient avoir un peu durci.

Je me suis installé à côté d'elle, sorti un stylo, et le duel commença, à coup de lettres placées dans les cases; nous avons eu un instant d'hésitation quand ce fut fini. Elle me regarda en tapant dans ses mains comme une gamine, se trémoussant comme une adolescente, souriant comme St Thérèse.

"Salut, je m'appelle Antoine"; il a fallu que je dise quelque chose pour retenir mon envie de lui sauter dessus. La présence du serveur m'a aidé, me retournant pour lui demander un demi. Quand je me suis retourné, elle me tendait le journal; "moi c'est Evita", griffonné dans la marge. Je levais les yeux pour la voir faire les signes internationaux signifiant sourde-muette, suivis d'un haussement d'épaules et d'un rire silencieux. Puis elle rajouta à la marge : "articule, je lis sur les lèvres" et me fit signe d'attendre; le temps de sortir de son sac un Palm.

Elle n'avait pas encore fini d'écrire la première phrase que j'avais sorti le mien.

Quelques dizaines de recharges des accus et plusieurs dizaines de grilles plus tard, nous nous sommes séparés sur un quai de la gare St Jean, sur ce dernier message envoyé par Bluetooth à travers la fenêtre du TGV : "tu sais que tu ronronnes quand tu dors ? J'ai senti les vibrations".

Il faut que je traite ce problème de ronflement et que je fasse vérifier ma glycémie. J'ai un goût de bonbon au miel à la bouche depuis quelques jours.

Entre sourds on s'est bien entendus.

5.11.05

Celle-ci je l'adore ! Je viens de la lire sur anekdota, postée par Suspect.
Πάει ο Aγ. Πέτρος στο θεό & του λέει :
- Θεέ , Θεέ , οι άνθρωποι κατάφεραν να αποκωδικοποιήσουν το ανθρώπινο DNA
- Καταραμένοι hackers , θ' αλλάξω password

Je la traduis :

Saint Pierre va voir Dieu et lui annonce :
- Dieu, Dieu, les humains ont réussi à décoder leur ADN
- Foutus pirates, je vais changer le mot de passe.

Une discussion est en cours dans les commentaires du billet "AA, anarchopediste", que je vous invite à suivre. Partant de l'Amour Libre, où j'ai beaucoup appris, la discussion a pris une tournure qui est fort intéressante.

Jusqu'à présent, le fond de la discussion étant fort éloigné de la façon dont je perçoit le sujet je me suis abstenu de mettre mon grain de sel, autrement que succinctement. C'est un commentaire d'Anne Archet, en réponse à Ras qui me décide

Derrière cette tendance à naturaliser les rapports sociaux se cache un désir de justifier et de rendre acceptable l 'exploitation.

Pour ma part, derrière la tendance à naturaliser les rapports sociaux se cache un désir à comprendre ce qui existe et essayer d'imaginer comment l'améliorer, en se pliant à une discipline stricte qui ne tient pas compte des éthiques et des morales dont nous avons hérité. Et je trouve indispensable de naturaliser les rapports sociaux, en évitant les sophismes qui n'auraient comme objectif que la justification des choix faits par le passé.

Et si l'on peut penser pendant un instant que mes positions sont dues à une déformation professionnelle il faut se détromper; j'ai étudié la biologie parce que je pensais qu'elle me fournirait des outils pour mieux comprendre les mécanismes de la société dans la quelle j'évoluais; a posteriori je suis ravi de mon choix et j'ai développé une nette tendance à naturaliser que je nourris attentivement.

Le sex est une vieille invention du vivant, largement favorisée par l'évolution parce que elle est le meilleur moyen de la favoriser, l'évolution.
En dehors du potentiel adaptatif que la recombinaison génétique présente, la reproduction sexuée oblige à des interactions interindividuelles; il faut bien à un moment ou un autre trouver un partenaire pour se reproduire [de la parthénogenèse j'ai discuté il y a longtemps et ce n'est pas le sujet ici]. Ces interactions n'ont pas toujours abouti à la mise en place de sociétés, mais à chaque fois que ça a été le cas, on peut observer que la sexualité, l'ensemble des comportements liés à la reproduction sexuée, a été à la base de la formation sociale. Et les sociétés qui en résultent sont fortement influencées par les besoins d'adaptation au milieu. Et présentent la même diversité que les couples espèce/milieu que l'on peut observer.

Les sociétés humaines ne font pas exception à la règle qui initialement n'est pas un choix, mais une nécessité. Notre sexualité doit s'adapter au milieu et elle façonne le type de société dans lequel on évolue. #1

La différence majeure de notre espèce, comparée aux autres espèces animales, est qu'elle modifie le milieu de façon radicale, comptant plus à cette faculté pour s'adapter qu'à son évolution génétique. La règle d'adaptation au milieu n'a pas changé, mais la définition du milieu et des moyens d'interaction avec lui nous reviennent.

Il fait froid ? On allume un feu et/ou on se fabrique des vêtements.
Il fait chaud ? On invente la climatisation.
On a la flemme de parcourir des kilomètres pour la cueillette ? On cultive son jardin.
La chasse n'est pas notre truc ? On fait de l'élevage.
On a besoin de pinces ? Plutôt que de s'en remettre à l'évolution et la transformation de notre corps pour en disposer, on en fabrique !
Un accident génétique fait naître un individu qui ne pourrait pas survivre ? On le bourre de médicaments et on étend son espérance de vie.

En plus [ou à cause, je n'ai pas réussi à me décider], nous avons développé un moyen de transmission d'informations qui n'a plus rien à faire avec le génome : le langage.

Notre espèce est la première à n'avoir pas à subir l'existant et ainsi disposant de la possibilité de décider de quelles formes de société et de sexualité elle souhaite bénéficier. C'est un luxe.

Il ne faut pas oublier quand même que nous sommes encore fortement conditionnés par notre biologie. Sans ça, le sujet même de la nature de notre sexualité ne serait pas en discussion. Même des notions qu'on aurait tendance à considérer comme des expressions de notre culture et notre société, comme "le coup de foudre", "l'amour qui rend aveugle", "la fidélité conjugale" sont des conséquences de notre physiologie et si on observe des variations ce n'est que l'expression normale de la variance de ces caractéristiques.

Mais on s'en éloigne dans nos pratiques, de plus en plus. Notre sexualité n'est plus liée à la reproduction. Le plaisir qui en résulte est devenu un outil de plus dans la quête du bien-être et on cherche à l'obtenir en dehors des limites animaux : copuler se reproduire#2. Et qui plus est, notre sexualité n'est plus la seule à définir le modèle social idoine. Nous pouvons l'obtenir par des ajustements du milieu, facilitant le détachement entre reproduction et sexualité, sexualité et structures sociales et donc reproduction et structures sociales.

Notre sexualité évolue en même temps que nos structures sociales; nos religions, précurseurs et fruits de la pensée philosophique ont évolué, nos modèles sociaux également et en parallèle.

J'admire les religions en tant que systèmes de pensée, même si je considère qu'elles sont dépassées définitivement et que nous devrions les laisser là où elles appartiennent : aux bibliothèques.
Il est encore concevable de prier un être supérieur pour arranger la météo aux besoins de ses cultures quand on n'a pas conscience que l'on peut adapter son maïs aux conditions météorologiques.
Ou accepter que le Tout Puissant ne veut pas qu'on baise à droit à gauche, pour limiter les maladies vénériennes, tant que les capotes et les antibiotiques ne sont pas disponibles.
Ou se servir du mysticisme comme source d'une morale que l'on souhaite voir imposée pour le bien être social, tant qu'on n'a pas le courage de dire que c'est un point de vue personnel qui supporte/nécessite discussion.

Je suis fasciné par notre système social patriarcal qui a pu [malgré ceux qui le portent probablement] promouvoir l'évolution nécessaire à son abolition. Il est en train de s'autodigérer ! Et je suis curieux de voir ce à quoi nous aboutirons quand les responsabilités individuelles ne seront plus fonction des gènes hérités [qui déterminent le sexe entre autres], mais de l'usage qu'on en fait.

On peut être petit joueur et essayer de prendre la biologie comme témoin de la supériorité d'un sexe sur l'autre. Ou d'un individu sur l'autre.
On peut être joueur et se servir de la biologie comme un outil pour essayer de comprendre les relations entre les deux sexes et les personnes.
On peut être bon joueur et endosser la responsabilité de se servir de la biologie pour définir les relations entre les deux sexes en partant du constat que les deux sont autant importants. Parce qu'il n'y a rien qui pourrait indiquer que chez les humain un des sexes devrait dominer l'autre; si le milieu l'a justifié par le passé, il ne s'agit là que de circonstances provisoires, c'est à nous de faire en sorte que le milieu change; non pas seulement nous en sommes capables, mais en plus les seuls de l'être. On peut même avoir l'audace de dire que la discrimination négative sur la base de critères biologiques/physiologiques est nécessaire dans certains cas; il ne suffit pas de disposer de 20 millions de dollars US pour se payer une visite de la station spatiale. Il faut aussi disposer des aptitudes physiques pour supporter les conditions de ce milieu difficile. Au moins tant qu'on ne l'a pas rendu plus confortable ;-)

Maintenant, que faire de cette sexualité qui a perdu ses attaches, reproduction et structuration sociale ?
En profiter tranquillement sans se prendre la tête est la solution de simplicité.

Mais je reste convaincu que l'état/la société devrait avoir son mot à dire !

Il y a des pratiques de la chambre à coucher qui ont des conséquences en dehors. Je trouve criminel qu'un individu VIH séropositif ait des relations sexuelles non protegées, quand ses partenaires ne sont pas au courant de sa séropositivité. Et je trouve souhaitable que l'état intervienne dans sa chambre à coucher.

Il y a les conséquences désagréables de la reproduction entre porteurs de tares génétiques, des enfants qui sont condamnés à souffrir dès leur naissance; je trouve souhaitable que l'état interdise leur conception dans la mesure où les parents sont au courant du problème, et leur imposer d'en supporter les conséquences personnellement s'ils insistent.
C'est là que mes collègues sont en train de se ronger les ongles en se demandant si je vais oser parler d'eugénisme; gagné les enfants, vous pouvez vous les ronger jusqu'au coude maintenant; un jour il faudra admettre que nous sommes enfin en mesure d'améliorer l'espèce et endosser nos responsabilités. Ceux qui se planquent derrière des moratoires en attendant l'heure de la retraite sont des foies jaunes. Shame on you!

Ou encore quand le règle de la chambre à coucher est l'esclavagisme; soit à travers les liens sacrés du mariage, soit par la loi du proxénète. Autant j'admet la pornographie et la prostitution, autant je trouve inacceptable l'esclavagisme (pas que sexuel !). Là aussi, l'état aurait son mot à dire.


Et quelques commentaires sur commentaires :


Ceci étant dit, aucune anarchiste n'a jamais proposé de remplacer le patriarcat par le matriarcat, surtout pas Emma Goldman. Les (rares) féministes qui l'ont fait n'étaient pas anarchistes mais des radicales à tendance crypto-fasciste.

Ouf ! Anne, si Neige lit ces lignes, et j'espère que oui, elle risque l'apoplexie...


Plusieurs société tribales ont vécu autre chose... Entre autres, des sociétés d'Afrique et d'Amérique, dites à tort primitives,...
Pourquoi à tort ? Elles sont primitives ! Ou alors mon dictionnaire déconne ferme et on devrait réécrire le lemme primitif.
Je trouve que l'attachement larmoyant au folklore est signe d'un réactionisme aussi dangereux que tous les autres, réactionismes. Autant j'admire un modèle social, quel qu'il soit, pour avoir su préserver son peuple, autant je trouve dangereux de penser que nous trouverons les solutions à nos problèmes en copiant les primitifs.

L'essence du patriarcat n'est que domination et soumission.

Celle du matriarcat aussi ;-)


Voyons Télépinou, le héros n'est pas un mythe: elle existe toujours, cette brute primitive qui baigne dans la testostérone!...

Ma Mamie Laitue m'a appris qu'on a les héros qu'on mérite. Je me suis creusé la tête pendant des années pour savoir ce qu'elle voulait dire, puisqu'elle a toujours refusé de s'étendre sur le sujet. Je sais aujourd'hui que je ne mérite pas des brutes primitives qui baignent dans la testostérone comme héros/héroïnes. Il n'y a pas qu'Hercule parmi mes héros, mais aussi Athéna et Aphrodite et Diane et Héphaiste et Hermès et Albert Einstein et Marie Curie...
Putain qu'ils étaient bien avisés ces cons de grecs anciens.


Selon le brin de compréhension que j'en ai, et sachez que j'avance ceci avec prudence, les «anarchistes» ne seraient-ils pas des nostalgiques de la vie tribale?
En ce sens que, à l'intérieur de ce mode de vie, les besoin réels des individus étaient essentiellement les seuls intérêts qui obligeaient au travail?

YR ! tu me scies là !
Anne répondra de ce dont les anarchistes seraient ou non nostalgiques. Mais tu parles de quelle organisation/vie tribale ? Parce qu'il y en a un tas ! A quelle tribu fais-tu référence ? Et à quel moment de son évolution ? Parce que les structures tribales ont aussi leur histoire.
Et d'où vient cette idée que la vie tribale ne répond qu'aux "besoins réels des individus" ? Et pas aussi à leurs envies ? Produisant de quoi les combler leurs envies, que ce soit de la religion, des arts plastiques de la littérature de la musique, par exemple.


[A ce stade-ci je regrette de ne pas voir la tête que fait Anne] • revenir

[C'est là qu'un pape pourrait nous faire un infarctus; sans blagues, la chretienneté reduit la sexualité à son expression bestiale.] • revenir

4.11.05

Meme hautement évolutif, qui a inscrit dans son mode de fonctionnement l'hypermutation :
Il est interdit de copier les questions déjà posées par la personne qui vous envoie ce jeu! Soyez créatifs!
via

3.11.05

Blog Angels ! Blog's demons...

Blog Angels ! Blog's demons... Via le blog de Beber j'apprends l'existence des Blog Angels; j'aime bien du gardien de blog au même titre que du gardien de chien pendant les vacances. Certes il est plus difficile de se connecter à son chien de n'importe où et les hôtels n'affichent pas encore des affichettes "no blogging", mais passons. Il y a des moments où il est difficile de publier, même en étant connecté sur le Net. Une question vient à mon esprit dès que je me connecte sur leur page. Comment diable ont-ils fait pour disposer du droit d'utiliser les deux caractères de cartoon qu'ils affichent ? Puis je me dis qu'il va falloir les prévenir, donc je cherche un lien pour laisser un message (pas public) sans succès. Pas d'e-mail non plus. Et en dehors des deux pseudos pas d'identification ! J'espère bien qu'ils ne sont pas des professionnels, sinon ils sont partis du pied gauche.

test e-mail posting

Test text

La prolifération de splogs (ou Spam-Blogs) a en effet conduit le groupe californien a opérer des changements dans l'API de publication et à inclure une vérification de type Captcha (validation humaine) avant tout envoi de nouvel article.
via

comme je disais sur le commentaire, n'importe quoi !

Certes, il ne faut pas oublier de cocher la case "publier", hein ?

The Innocence Project at the Benjamin N. Cardozo School of Law at Yeshiva University, founded by Barry C. Scheck and Peter J. Neufeld in 1992, is a non-profit legal clinic and criminal justice resource center. We work to exonerate the wrongfully convicted through postconviction DNA testing;
via

1.11.05

silly design

Qu'Anne Dambricourt-Malassé soit créationiste ou non, n'est pas franchement visible dans le documentaire qu'Arte a diffuse samedi dernier. Je me le suis tapé pour voir pourquoi diable les darwinistes étaient tout excités...

Les hypothèses qu'elle présente sont des hypothèses et ce n'est pas la peine de s'éverver bêtement quand quelqu'un en parle. On peut s'éverver de façon intelligente, que diable ! Les observations étant du domaine des faits, si l'hypothèse de travail gène il faut en produire une autre qui cadre avec sa vision du monde. Plutôt que de tourner autour du pot comme l'on fait avec brio Gouyon et Morange au soit disant débat que Arte a organisé.

Pour garder une attitude évolutionniste sinon darwiniste il serait suffisant d'opposer à "Intelligent Design" le "Silly Design". C'est à dire un cas caractérisé où de façon systématique on va trouver l'évolution d'un gène qui aboutira non pas à une amélioration mais à une dégradation, par exemple une maladie génétique. L'équilibre serait restauré sans avoir à pousser le raisonnement plus loin.

Alors autant le faire, plutôt que de tergiverser :

La maladie de Huntington est une de ces maladies génétiques neurodégénératives, rares et graves, chroniques et létales. Elle est due à la multiplication d'une séquence répétée [CAG] dans le gène (IT15) dont le produit est appellé "huntingtine". Ce qui est intéressant à considerer est la façon dont le gène mute pour aboutir à celui responsable de la maladie : ça se passe en plusieurs étapes, à travers les générations; et surtout, une fois le processus enclenché son évolution est cumulative et exponentielle. Certes l'echelle temporelle est plus courte que celle évoquée pour expliquer l'évolution vers l'espèce Homo sapiens sapiens. Mais on est bel et bien en présence d'une évolution programmée qui est une déchéance ! "Silly Design".

Autre point de vue fort intéressant, les mutations intermédiaires qui vont aboutir à la forme du gène à l'origine de la maladie ne sont pas contre-sélectionnés par le milieu naturel. Ce qui oblige de reconsidérer le poids de la sélection naturelle dans le processus de l'évolution et qui rend les propos des deux éminents biologistes, qui ont attaqué Anne Dambricourt-Malassé, un petit peu à côté de la plaque.

Le plus marrant c'est que la description de cette bombe à retardement qu'est la mutation de IT15 dont l'explosion se manifeste par la chorée d'Huntington est le fruit des travaux d'un Français qu'au moins Gouyon devrait connaître personnellement, Mandel. Comment ça se fait qu'il n'ait pas fait le parallèle nécessaire pour définir le "Silly Design" ?

Il faut dire que ceci n'est pas le seul cas de "maturation" d'une mutation qui après une période que l'on pourrait qualifier de quantitative, qui n'est observable qu'au niveau génétique, elle aboutit à des changements qualitatifs que l'on observe au niveau du phénotype.
Je vous laisse chercher d'autres cas dans la littérature scientifique. C'est amusant. Allez, je vous donne même un point de départ